La Bourse de Paris faiblit, croulant sous les résultats d'entreprises

La Bourse de Paris limitait les prises de risques mercredi, les investisseurs étant focalisés sur un flot de résultats d'entreprises et sur les réunions imminentes de grandes banques centrales dont dépendra la dynamique boursière. […]

La Bourse de Paris limitait les prises de risques mercredi, les investisseurs étant focalisés sur un flot de résultats d'entreprises et sur les réunions imminentes de grandes banques centrales dont dépendra la dynamique boursière.L'indice vedette CAC 40 cédait 0,18% à 7.038,11 points vers 10H20 après trois clôtures consécutives en hausse et une performance de plus de 8% depuis le début de l'année.Les investisseurs sont, d'un côté, encouragés par l'espoir d'une modération des prochaines hausses de taux des banques centrales occidentales, par la réouverture de la Chine qui pourrait soutenir la croissance mondiale et par une activité économique plus résiliente qu'escompté en Europe.De l'autre, ils doivent se faire une idée claire de l'impact de l'inflation sur les comptes des entreprises au trimestre dernier et des risques de récession. Ils ont été refroidis par des prévisions financières décevantes du géant américain Microsoft mardi."Les deux-trois semaines qui viennent devraient nous renseigner sur la capacité des entreprises à gérer une hausse considérable de leurs coûts alors que la demande dans des nombreux secteurs ralentit depuis un certain temps", écrit Sebastian Paris Horvitz, analyste de LBPAM.Selon lui, "le coût en croissance dû au durcissement des politiques monétaires pour calmer les tensions inflationnistes va se traduire dans un premier temps par des perspectives de bénéfices en baisse et un ajustement des marges des entreprises".Et "la question viendra alors de savoir si ceci mène à des ajustements sévères des marchés du travail ou pas. Cela déterminera la profondeur de la décélération économique", a-t-il poursuivi.Côté statistiques, le baromètre Ifo du moral des entrepreneurs allemands sera à l'honneur, dans un contexte d'amélioration économique dans la zone euro, qui profite de la diminution des prix de l'énergie cet hiver.Des indicateurs ont déjà rassuré mardi sur le moral des consommateurs allemands, qui devrait s'améliorer en février pour le quatrième mois d'affilée, et sur l'industrie manufacturière du pays.Sur le front monétaire, la Banque du Canada doit rendre une décision, à une semaine de la réunion de la Réserve fédérale américaine.En décembre, elle avait relevé son principal taux directeur de 0,50 point à 4,25%, septième hausse consécutive, pour contrer l'inflation. Les investisseurs tablent cette fois sur un nouveau relèvement de 0,25 point.Alstom et ses objectifs en bonne voieLe constructeur ferroviaire a vu son chiffre d'affaires et ses prises de commandes progresser au troisième trimestre de son exercice décalé 2022/23, jugé "positif", ce qui lui permet de confirmer ses prévisions.Oddo BHF y voit une "publication rassurante" et estime dans une note que "la performance du titre depuis le début d'année laisse à penser que la bonne publication de ce jour était anticipée". L'action avançait de 1,46% à 27,10 euros vers 10H20. Depuis le début de l'année, elle a pris plus de 18%.L'AMF va "clôturer provisoirement" l'OPA de l'Etat sur EDFL'Autorité des marchés financiers (AMF) va "clôturer provisoirement" l'offre publique d'achat de l'Etat sur le capital d'EDF, après le désistement des petits actionnaires d'une procédure d'urgence visant à retarder la clôture de cette OPA, a indiqué mercredi un représentant de l'AMF lors d'une audience à la Cour d'appel de Paris. Le titre était suspendu depuis 10H30 sur Euronext Paris.Euronext CAC40pan/mdz/elm