La gare de l'Est paralysée après un "incendie volontaire" sur des câbles électriques

Du TGV au TER en passant par la ligne P du Transilien: la circulation des trains est totalement interrompue mardi pour toute la journée gare de l'Est à Paris, à la suite d'un "incendie volontaire sur des câbles électriques" en Seine-et-Marne. […]

Du TGV au TER en passant par la ligne P du Transilien: la circulation des trains est totalement interrompue mardi pour toute la journée gare de l'Est à Paris, à la suite d'un "incendie volontaire sur des câbles électriques" en Seine-et-Marne.Frigorifiée malgré son bonnet et ses gants, Romane Berti, 26 ans, est "dans l'incertitude" et ne sait pas quand elle pourra rejoindre ses amis en Erasmus à Francfort. "On peut dire qu'on a été bien informés, j'ai reçu un SMS de la SNCF à mon réveil qui m'indiquait un retard d'une heure", raconte-t-elle à l'AFP.La SNCF, qui avait dans un premier temps tablé sur une reprise du trafic des trains à 10H, a finalement annoncé qu'il serait interrompu "pour toute la journée, jusqu'à la fin de service" en raison des conséquences d'un incendie volontaire dans un poste d'aiguillage."C'est un acte de vandalisme inadmissible", a dénoncé Anne-Marie Palmier, directrice Zone de production Ile-de-France de SNCF Réseau lors d'un point de presse tenu en milieu de matinée dans le hall de la gare de l'Est, indiquant que "48 câbles, situés dans des caniveaux qui ont été ouverts, ont été brûlés"."Les câbles permettent de donner des informations aux postes d'aiguillage, donc la sécurité n'est plus assurée", a-t-elle ajouté, précisant que l'entreprise avait déposé plainte.A Vaires-sur-Marne (Seine-et-Marne), "vers 03H00 du matin, une cage contenant les câblages électriques des panneaux de circulation de la SNCF a été ouverte et le feu mis dedans. Un agent SNCF a appelé la police vers 04H30", a de son côté précisé à l'AFP une source policière."Une dizaine d'agents de SNCF Réseau sont à l'oeuvre pour réparer au plus vite", a précisé une porte-parole, qui n'a pas donné de détails sur le nombre de trains devant circuler mardi.- "Sanctionner ces actes de malveillance"Quelques TGV ont pu être déviés vers la Gare du Nord, toute proche de la gare de l'Est, où transitent chaque année quelque 41 millions de voyageurs selon des chiffres datant de 2019."Nous avons mis en place une information voyageurs sur l'ensemble de nos sites, des gilets rouges" - des volontaires chargés d'orienter les voyageurs - "ont été déployés. Les voyageurs qui avaient une réservation ont été informés", a précisé Christophe Fanichet, PDG de SNCF Voyageurs.Dans le hall de la gare de l'Est, les voyageurs présents consultent dans le calme les panneaux d'affichage et écoutent les annonces des haut-parleurs.Ayman Bouzidi, avocat d'affaires de 28 ans, devait prendre un train pour "retourner au Luxembourg" où il vit et travaille "après être venu voir [ses] parents en France. Je vais attendre encore une trentaine de minutes, j'espère avoir un train en Gare du Nord  pour rentrer au Luxembourg", indique-t-il à l'AFP.De son côté, Bouchra Ayguel, contrôleuse et cheffe de bord sur TER, souligne: "On n'a pas toutes les informations donc c'est difficile, mais on essaye d'être présent. On essaie de faire au mieux pour dire aux gens de reporter leurs voyages, et nous leur disons qu'ils peuvent se faire rembourser".Le ministre des Transports, Clément Beaune, a pour sa part dit "regretter l’impact pour beaucoup de gens qui prennent les transports ce matin", au micro de FranceInfo."Malheureusement on a régulièrement des actes de malveillance sur les câbles, sur les voies pour prendre un peu de matériel qui a un peu de valeur, il faut donc que ces actes soient évidemment sévèrement sanctionnés parce qu’on voit les impacts qu’ils ont sur la vie quotidienne", a-t-il ajouté.kd-vgu-ys-amd-liu/uh/eb