La Bourse de Paris repartie à la baisse

La Bourse de Paris retombait dans le rouge jeudi, les investisseurs restant préoccupés par l'inflation au lendemain d'une intervention de la Banque d'Angleterre (BoE) qui ne réussissait pas à arrêter la chute de la livre sterling. […]

La Bourse de Paris retombait dans le rouge jeudi, les investisseurs restant préoccupés par l'inflation au lendemain d'une intervention de la Banque d'Angleterre (BoE) qui ne réussissait pas à arrêter la chute de la livre sterling.L'indice CAC 40 se repliait de 1,31% à 5.689,25 points vers 10H45. La veille, la cote parisienne avait légèrement rebondi de 0,19%, à l'issue d'une séance très volatile.Pour Christopher Dembik, directeur de la recherche macroéconomie chez Saxo Bank, "les investisseurs comprennent que nous entrons dans une crise longue qui, contrairement aux précédentes périodes de turbulences, se fait dans un contexte de raréfaction de la liquidité et de hausse des taux d'intérêt".Ces derniers temps, les marchés craignent principalement que le resserrement puissant des politiques monétaires des grandes banques centrales pour combattre l'inflation engendre un fort ralentissement de l'économie.A l'heure où les avertissements sur une potentielle crise économique mondiale se multiplient, l'exécutif américain estime que la première puissance mondiale "reste résiliente face aux défis mondiaux", a indiqué la Maison-Blanche mercredi, à l'issue d'une réunion de plusieurs ministres et conseillers autour du président Joe Biden.Mais le tableau qui se dessine en Europe est moins reluisant: la hausse des prix liée à la crise énergétique devrait se poursuivre en Allemagne en 2023, atteignant 8,8% en valeur annuelle et contribuer à l'entrée du pays en récession avec un recul du PIB de 0,4% l'an prochain, selon les prévisions des principaux instituts économiques publiées jeudi.Les investisseurs craignent aussi les effets sur le déficit et la dette du Royaume-Uni d'un très coûteux plan de soutien à l'économie et de baisses d'impôts, annoncé vendredi par le gouvernement de la nouvelle Première ministre britannique, Liz Truss.Mercredi, la BoE a initié un programme de rachat de titres de dette publique britannique pour soutenir sa devise et stopper la chute des rendements des emprunts d'État provoquée par la présentation de ce plan budgétaire.Cette intervention a permis mercredi de faire reculer les rendements des emprunts britanniques de longue maturité, d'apporter de l'oxygène aux marchés des actions et de faire souffler le dollar.Mais tous ces effets s'estompaient jeudi matin : la livre perdait 0,98% à 1,0782 dollar vers 10H15, après être tombée un peu plus tôt à 1,0763 face à une monnaie américaine qui s'appréciait globalement.Accor relève ses prévisionsLe groupe hôtelier (+1,95% à 22 euros vers 10H30) a annoncé mercredi relever son objectif d'excédent brut d'exploitation pour cette année, désormais attendu entre 610 à 640 millions d'euros. Il a également annoncé être "en négociations exclusives avec le groupe Valesco, afin de céder l'immeuble de son siège social à Paris, la Tour Sequana, pour un montant de 465 millions d'euros". Cette transaction devrait être conclue d'ici à la fin de l'année.Orpea dans le rougeLe groupe d'Ehpad privés, secoué depuis janvier par un scandale mettant en cause ses pratiques, a basculé dans le rouge au premier semestre en raison de dépréciations d'actifs et s'attend à un second semestre difficile. L'action dévissait de 8,57% à 12,22 euros.Euronext CAC40pan/cdu/pta