L’art et l’histoire de proximité

L’art et l’histoire de proximité

Des nouveaux labels Ville ou Pays d’art et d’histoire viennent d’être attribués. Objectif : sensibiliser le public à la qualité du patrimoine, de l’architecture et du cadre de vie.

Le ministre de la Culture Franck Riester vient d’attribuer le label Ville ou Pays d’art et d’histoire à cinq nouveaux territoires – la ville de Calais, les communautés de communes de Villefranche-Beaujolais-Saône et de Beaujolais-Pierres-Dorées, la ville de Bonifacio, la ville de Lunéville et la ville de Toulouse. Il a également étendu le label à la communauté urbaine Le Havre Seine métropole, territoire déjà labellisé. A été par ailleurs annoncé le renouvellement des conventions de Chambéry (Auvergne-Rhône-Alpes), Arles (Paca), Grasse (Paca), Châlons-en-Champagne (Grand-Est) et des Pays d’art et d’histoire de Charolais-Brionnais (Bourgogne Franche-Comté) et des Hautes Vallées de Savoie (Auvergne-Rhône-Alpes).
Pour décrocher le label « Ville et Pays d’art et d’histoire », les collectivités candidates doivent aller au front de la connaissance et du respect de leur patrimoine. Des critères concourent à l’attribution de cette médaille de l’histoire et de la culture, notamment leur engagement réel (et le respect de cet engagement) « à faire de la culture, de l’architecture et du patrimoine un projet local de développement ». Les habitants doivent ainsi pouvoir se réapproprier leurs joyaux architecturaux, autrement dit mieux les connaître, mieux les préserver, mieux les vivre.
Le label est formalisé par la signature d’une convention avec l’État – via la Drac. Celle-ci assure le recrutement d’un animateur de l’architecture et du patrimoine en charge de la mise en œuvre de la convention, la valorisation du patrimoine et la promotion de la qualité architecturale, le développement d’une politique des publics (sensibilisation des habitants à leur environnement architectural, initiation du public à l’architecture et au patrimoine…), la mise en place d’un Centre d’interprétation de l’architecture et du patrimoine (CIAP)…
Avantage de ce label, la visibilité du patrimoine, notamment par l’aide à l’édition de dépliants présentant la Ville ou le Pays d’art et d’histoire, mais aussi la possibilité de bénéficier de l’aide de l’État – conservation et restauration, expositions, éducation artistique, accueil des publics en situation de handicap, etc. Autre point fort, la force du réseau des Villes et Pays d’art et d’histoire (échanges, expériences et savoir-faire, promotion sur le site du ministère de la Culture) qui bénéficie en outre d’un soutien financier du ministère de la Culture. Ce réseau compte désormais 195 territoires – 123 Villes d’art et d’histoire et 72 Pays d’art et d’histoire. Rien de tel pour s’engager dans un tourisme de proximité !

Leave a Reply