Ile-de-France : Le T3 jusqu’à la Porte d’Asnières

Ile-de-France : Le T3 jusqu’à la Porte d’Asnières

Après 4 ans de travaux, l’État, la Région île-de-France, la Ville de Paris, île-de-France Mobilités et la RATP ont inauguré le nouveau prolongement de la ligne de tramway T3 entre la Porte de la Chapelle à la Porte d’Asnières.
Ce prolongement, imaginé pour répondre aux besoins de transports en commun des habitants, entreprises et administrations des quartiers nord de Paris, ainsi que l’ensemble des Franciliens, profitera chaque jour à près de 90 000 voyageurs supplémentaires. L’arrivée du tramway leur offrira un mode de déplacement plus efficace et écologique.
Bien plus qu’un nouveau mode de trans-port, c’est un espace entièrement repensé qui est offert aux riverains du nord de Paris, dévoilant ainsi un cadre de vie plus agréable grâce aux 8,6 km de pistes cyclables supplémentaires, des îlots végétalisés, et des trottoirs élargis, plus propices à la promenade. En témoigne le réaménagement complet des Boulevards des Maréchaux qui offrent désormais des espaces de promenades piétons ou cyclistes.
Cet investissement considérable de l’en-semble des acteurs a nécessité de lourds travaux, indispensables pour réinventer les quartiers en plein dynamisme que le prolongement traverse. Se déplacer autrement est désormais possible au nord de Paris.

Première ligne de tramway de France
Le T3 est aujourd’hui la première ligne de tramway de France : jusqu’à 500 000 voyages sont effectués chaque jour sur cette ligne. Créé en 2006, le T3 est devenu progressivement une véritable rocade reliant entre eux les territoires de Paris et de la petite couronne sur plus de 26 kilomètres de long. Le tramway T3 doit son succès à son efficacité, avec une fréquence de 4 minutes aux heures de pointe, et un service assuré près de 22h par jour, 7 jours sur 7.
Une véritable prouesse pour une ligne particulièrement longue, qui traverse des territoires urbains très denses et très empruntés, à l’image de l’ensemble des Portes desservies sur les boulevards des Maréchaux, comme autant de carrefours urbains.
Conçu comme un marqueur fort du paysage urbain, le T3 s’est aussi imposé au fil des prolongements comme un moteur de la transformation et du dynamisme des quartiers qu’il traverse. En témoignent les quartiers Mac Donald — Rosa Parks ou de la Zac Clichy-Batignolles. Enfin, le T3 est accessible à tous, notamment aux personnes en situation de handicap, grâce au plancher bas et aux aménagements intérieurs spacieux de ses rames. Non polluant car 100 % électrique, silencieux et confortable (300 places dont 75 places assises), il est devenu le mode de transport par excellence des villes intelligentes et durables.
Un mode de déplacement plus respectueux de l’environnement La lutte contre la pollution est l’une des priorités de l’État, de la Région Île-de-France, de la Ville de Paris, d’Île-de-France Mobilités et de la RATP. Elle s’inscrit dans une volonté commune d’améliorer la qualité de l’air à Paris, en petite couronne et dans l’ensemble de la Région, ainsi que le cadre de vie des particuliers et des professionnels souhaitant faire évoluer leurs habitudes de trans-ports. Pour les voyageurs empruntant le T3 mais aussi les riverains, ces travaux ont permis une restructuration complète des modes de déplacement dans le nord de Paris. Cyclistes et piétons peuvent désormais se réapproprier les espaces publics qui leur sont dédiés, grâce notamment à la création d’une rocade structurante du réseau vélo. De plus, grâce au réaménagement complet de la coupure urbaine qu’étaient les boulevards des Maréchaux, ces derniers apportent de nouveaux espaces de promenades dédiés aux circulations douces : piétons, cyclistes… Au total, près de 90 000 voyageurs sup-plémentaires sont attendus quotidienne-ment sur le nouveau prolongement du T3 entre Porte de La Chapelle et Porte d’Asnières.
Après 12 ans d’exploitation, le T3 est aujourd’hui la ligne de tramway la plus fréquentée d’île-de-France avec jusqu’à 500 000 voyages par jour en cumulant ses deux arcs T3a et T3b. Un tiers des voyageurs réalise un trajet direct sur la ligne et 67 % empruntent une correspondance avant ou après leur trajet.
L’implantation du T3 en lisière de Paris crée un lien avec la petite couronne parisienne puisqu’il inclut aujourd’hui une vingtaine de communes limitrophes depuis Issy-les-Moulineaux jusqu’à Levallois-Perret. 30 % des usagers de la ligne habitent actuellement hors de Paris.

Le nouveau visage du tramway T3
• Les différentes étapes du prolongement Depuis 2006, de grands travaux ont été réalisés sur la ligne de tramway T3. D’envergure métropolitaine, cette liai-son permet de répondre au besoin croissant de déplacements à Paris et en île-de-France. Ainsi, ces travaux ont été découpés en plusieurs tronçons et prolongements. En 2006, le premier tronçon a été mis en service sur les boulevards des Maréchaux entre le Pont du Garigliano et la Porte d’Ivry.
Suite à ces travaux, un premier prolongement jusqu’à la Porte de Vincennes a été mis en service en 2012, tandis que la même année voyait le jour la partie Porte de Vincennes — Porte de La Chapelle (T3b), permettant ainsi de relier deux arrondissements supplémentaires.
C’est en 2014 qu’ont débuté les travaux de prolongement vers la Porte d’Asnières. En août 2018 ont été testées, après quatre ans de travaux, les premières rames du tramway T3 sur le tronçon entre la Porte de la Chapelle et la Porte d’Asnières.
S’en sont suivies en novembre, trois semaines de marche à blanc en conditions d’exploitation normales, mais sans voyageurs, afin d’effectuer les derniers tests mais aussi d’habituer les riverains et usagers de la voirie à l’arrivée imminente du tramway.
La ligne T3 actuelle répond aux objectifs généraux d’amélioration de la mobilité urbaine et de restructuration et d’embellissement du cadre de vie des Franciliens.
Ce nouveau prolongement est en correspondance avec plusieurs lignes de métro, les lignes 4, 12, 13, et 14 et avec le RER C, ainsi qu’avec 20 lignes de bus. Le tramway est un élément structurant de la ville et un levier de développement important pour les entreprises et commerces environnants.
Le tramway permet d’améliorer la capacité de transport grâce à des rames pouvant compter jusqu’à 300 voyageurs (par rame), plus du double d’un bus. En heure de pointe, un tramway passe toutes les 4 minutes, avec une totale accessibilité aux personnes à mobilité réduite.
• Plus de vert en ville
De larges espaces de promenade ont été aménagés pour les piétons, avec notamment la pose d’un gazon écoperformant, c’est-à-dire peu consommateur d’eau, ainsi que la plantation de 184 arbres supplémentaires le long du tracé.
À ce jour, 27 000 m2 de gazon au centre des boulevards des Maréchaux sont dédiés au T3.
Dans le 18e arrondissement, l’îlot Huchard a été réaménagé en un espace végétalisé, apaisé et convivial, afin que piétons et cyclistes se retrouvent au cœur du quartier. La circulation y est donc rationalisée, l’îlot étant devenu une zone 30 km/h avec uniquement des voies en sens uniques. Cette requalification de l’espace public permettra égale-ment une revalorisation du tissu commercial environnant.
• Près de 10 km de pistes cyclables supplémentaires
Avec plus de 15 % des déplacements effectués à vélo pour 2020, Paris s’est fixé pour objectif de devenir la Ville du vélo. Le prolongement du tram T3 de la Porte de la Chapelle à la Porte d’Asnières offre un cadre de vie amélioré aux habitants et aux riverains grâce à une circulation fluide et au tracé de 8,6 km de pistes cyclables sécurisées et continues.
Ces dernières, aménagées dans les deux sens sur la totalité du prolongement, sont unidirectionnelles de chaque côté de la chaussée. C’est au total 484 places de stationnement vélos qui ont été installées sur ce périmètre suite aux travaux. De plus, 8 stations Vélib’ sont situées à proximité des rails, dont 3 nouvelles stations, soit 265 bornettes d’accroches à ce jour, contre 173 au début des travaux.

Leave a Reply

Your email address will not be published.