Les ZAE pour l’embauche

Les ZAE pour l’embauche

La CCI Paris Ile-de-France propose aux collectivités de construire une stratégie de développement pour les zones d’activités économiques et les remettre au service des entreprises et de l’emploi.

Ces zones franciliennes sont en voie de fragilisation. Or elles regroupent près de 1 400 000 emplois, soit 20 % de l’emploi total de la région capitale. Aujourd’hui, plus d’un quart des zones d’activités économiques (ZAE) franciliennes perdent des emplois. Pourtant, ces quartiers restent des lieux privilégiés pour répondre, entre autres, aux besoins non satisfaits en locaux d’activités à caractère industriel et logistique. Face à ce constat et à la suite d’une série d’auditions auprès d’une trentaine de chefs d’entreprise et acteurs institutionnels, la CCI Paris Ile-de-France identifie 10 propositions autour de 3 grands axes :
• Mieux utiliser les documents d’urbanisme pour préserver le foncier économique. Les terrains nécessaires au développement des entreprises doivent être préservés dans les Schémas de cohérence territoriale (Scot) et les Plans locaux d’urbanisme (PLU). Les entreprises déjà présentes dans ces ZAE doivent être pleinement associées à la démarche afin de pouvoir faire connaître leurs besoins et projets de développement.
– Fédérer et approfondir les actions d’observation des ZAE et des friches en Ile-de-France.
– Intégrer une réelle stratégie en matière de ZAE dans les Scot et le schéma directeur de la Région Île-de-France (Sdrif).
– Indiquer dans le PLU(i) la destination principale et l’organisation spatiale de la ZAE.
– Développer une offre de logements et de formations adaptée aux besoins des entreprises implantées dans les ZAE locales.
• Intégrer durablement le quartier d’activité à son environnement urbain. Il est essentiel que les collectivités investissent dans la qualité des aménagements des ZAE au même titre que dans les quartiers résidentiels.
– Transformer les ZAE en quartiers d’activités.
– Exploiter et étendre les possibilités de dérogation au PLU pour favoriser la construction de petits locaux d’activités.
– Recourir davantage aux possibilités des dispositifs de démembrement de la propriété.
• Développer une véritable gestion des quartiers d’activité en favorisant la création des postes de « manager » de ZAE. À l’instar des managers de centre-ville, leur rôle serait de soutenir la création d’associations et de faciliter les échanges entre les entreprises et les collectivités pour une meilleure collaboration.
– Mettre en place des managers de ZAE, sur le modèle des managers de centre-ville.
– Développer l’accompagnement des entreprises par les collectivités dans la réalisation de leur projet immobilier.
– Développer les réseaux d’entreprises sur les quartiers d’activités économiques.

En chiffres
1 400 000 emplois, soit 20 % de l’emploi total en Ile-de-France, sont localisés dans les ZAE. 700 000 emplois dans les ZAE relèvent des secteurs de l’industrie, de la construction, du transport et de l’entreposage. Près de 200 000 emplois enregistrés en ZAE se situent dans un périmètre de 800 mètres autour des futures gares du Grand Paris Express. Cela concerne un foncier économique de plus de 2 500 hectares appelé à évoluer.
80 % de la croissance de l’emploi en ZAE est concentrée à l’Est de l’Ile-de-France, à proximité de la Francilienne et autour des plateformes aéroportuaires.
Source : Base ZAE CCI Paris Île-de-France et estimations d’après le fichier Sirene-Insee 2017.

Leave a Reply

Your email address will not be published.