Lutte contre la grande exclusion : Bilan du Pacte parisien

Lutte contre la grande exclusion : Bilan du Pacte parisien

Le Pacte parisien de lutte contre la grande exclusion a été élaboré en 2015 en partenariat étroit avec l’ensemble des acteurs institutionnels et associatifs de la solidarité, et les personnes ayant vécu des situations de grande précarité afin de fixer conjointement les objectifs à atteindre d’ici 2020 autour de 4 axes complémentaires : prévenir, intervenir et insérer, le quatrième axe portant sur une gouvernance partenariale. Ce programme a été élaboré en suivant une approche globale et transversale permettant de dépasser les cloisonnements et d’accompagner les personnes au plus près de leurs besoins. Les Parisiens ont été placés au cœur de cette démarche comme l’a illustré la Nuit de la Solidarité organisée le 15 février 2018 et qui connaîtra une nouvelle édition en 2019.
Dominique Versini, adjointe à la Maire de Paris, a présenté le bilan de ce Pacte aux côtés de François Ravier, préfet, secrétaire général de la préfecture de la région d’île-de-France, préfecture de Paris, de Gilles Pécout, Recteur de la Région académique île-de-France, Recteur de l’académie de Paris, Chancelier des universités de Paris, et Arthur Anane, président de la Fédération des Acteurs de la Solidarité île-de-France, et en présence de l’ensemble des signataires du Pacte. Près de quatre ans après son adoption, près de 90 % des 106 mesures ont été réalisées ou sont en cours de réalisation : « Paris est une ville résolument solidaire avec plus de 20 000 places d’hébergement, 41 accueils de jour, 120 points de distributions alimentaires, 10 restaurants solidaires, 9 bagageries et 17 bains de douche. Je mesure tout le chemin parcouru ces dernières années avec les signataires du Pacte à travers toutes les réalisations présentées aujourd’hui, mais nous devons aller plus loin en développant une large alliance citoyenne avec les Parisiens solidaires », a déclaré Dominique Versini.
François Ravier, préfet, secrétaire général de la préfecture de la région d’île-de-France, préfecture de Paris a indiqué lors de cette rencontre : « Les 106 mesures du Pacte parisien de lutte contre la grande exclusion sont désormais presque toutes mises en œuvre grâce à un travail partenariat intense et un engagement résolu de tous. Les engagements de l’État sont élevés, que ce soit en matière d’hébergement d’urgence puisque l’État finance le fonctionnement de tous les centres d’hébergement d’urgence, dont 356 M€ pour Paris ou en matière d’insertion professionnelle avec le Plan insertion jeunesse dédié à 3 000 jeunes Parisiens ou, en matière d’accès ou de maintien dans le logement. Avec la Ville et l’ensemble des 11 autres signataires du Pacte, l’État continue à être particulièrement mobilisé pour prévenir les situations de grande exclusion, pour intervenir et pour insérer durablement. La stratégie de prévention et de lutte contre la pauvreté, présentée par le président de la République, le 13 septembre dernier, nous permettra, au travers de ses 21 mesures d’approfondir les actions en renforçant les actions dès le plus jeune âge, en accompagnant les personnes vers l’autonomie et l’emploi et en garantissant un cadre collectif de solidarité. »

L’accès aux Droits, préalable indispensable de la lutte contre l’exclusion
L’amélioration de l’accès aux droits constitue la clé de voûte du Pacte de lutte contre la grande exclusion. Les 6 engagements du Pacte visant à garantir l’accès aux droits de tous, en favorisant les démarches d’« aller-vers », ont été mis en œuvre et pour l’essentiel, les objectifs fixés ont été atteints. Les actions se poursuivent et se développent pour bénéficier au plus grand nombre.
20 000 rendez-vous des droits organisés depuis 2015 par la Caisse d’allocations familiales (Caf) afin de repérer les publics vulnérables et de les informer de leurs droits.
91 268 personnes ont pu, en 2017, accéder à leurs droits en matière de santé dans le cadre du Plan local d’accompagnement du non recours (Planir) de la Caisse primaire d’assurance maladie (CPAM).
62 000 domiciliations administratives gérées par le CASVP et 43 organismes agréés, permettant aux personnes sans domicile stable d’ouvrir leurs droits et d’accéder aux prestations sociales.

Prévenir pour éviter que des personnes ne se retrouvent à la rue
La prévention passe avant tout par le repérage des personnes et des familles rencontrant des difficultés avant que celles-ci ne se cumulent : décrochage scolaire, violences familiales, problématiques de santé mentale, surendettement, etc. Les 6 actions-cadres de prévention mises en œuvre mobilisent de très nombreux acteurs institutionnels, associatifs, bailleurs sociaux, services sociaux de proximité, entreprises, pour repérer les situations à risque et éviter les ruptures de parcours.
320 jeunes de 18 à 25 ans déscolarisés, sans emploi ni formation, ont bénéficié en 2017 d’un accompagnement renforcé, flexible et adapté à chaque situation dans le cadre de la Plateforme dynamique insertion professionnelle (DIP).
1 300 jeunes de l’aide sociale à l’en-fance continuent à bénéficier d’un accompagnement par la DASES dans le cadre d’un contrat jeune majeur après leurs 18 ans.
43 491 aides versées au titre du Fonds de solidarité pour le logement (FSL) afin d’aider les ménages qui font face à des difficultés financières à rester dans leur logement.

Intervenir pour apporter des solutions aux situations de rue
La situation de personnes dormant à la rue est la manifestation la plus visible et la plus insupportable de la grande pauvreté. La nuit de la Solidarité a montré que plus de 3 000 personnes dormaient à la rue en période de grand froid alors que plus de 21 000 places d’hébergement étaient ouvertes. La question de la réponse à l’urgence sociale est permanente et se fait dans le cadre d’une coordination État-Ville-Associations afin de répondre aux besoins fondamentaux. Une coordination alimentaire a été mise en place avec tous les acteurs de terrain. Paris met à la disposition de l’État tous les locaux disponibles de son domaine intercalaire afin de les transformer en centres d’hébergement d’urgence ou en haltes de nuit gérés par les associations. La coordination des interventions de terrain a été renforcée par la mise en place d’équipes pluridisciplinaires aptes à répondre aux besoins spécifiques de personnes en situation de rue.
5 400 places d’hébergement ouvertes depuis 2015, avec le soutien de l’État, dans des bâtiments de la Ville disponibles, dans l’attente de travaux.
41 accueils de jour, lieux d’accueil inconditionnel anonyme et gratuit.
4,6 M de repas servis et distribués dans 130 points de distribution, dont 10 restaurants solidaires du Centre d’action sociale de la Ville de Paris (CASVP).

Insérer durablement pour faciliter l’insertion sociale et professionnelle
L’un des principaux objectifs du Pacte est de veiller à ce que les personnes prises en charge dans les centres d’hébergement ne basculent pas à nouveau dans la précarité. Afin de répondre à ce défi, les programmes d’accès à l’emploi ont été renforcés afin de mieux s’adapter aux profils et parcours des personnes suivies. Cette insertion durable passe également par le main-tien ou l’accès au logement des personnes vulnérables. Pour cela Paris a développé des dispositifs conséquents en vue de la réalisation de cet objectif : dispositif premières heures, Convergence, accompagnement des bénéficiaires du RSA, etc. Enfin, pour lutter contre l’isolement, la Ville dispose de nombreux partenariats qui visent à diversifier l’offre d’activités culturelles destinées aux personnes en situation de grande exclusion.
978 personnes accompagnées à la reprise progressive d’une activité professionnelle dans le cadre du Dispositif Premières Heures depuis 2015.
2 400 jeunes bénéficiaires de la Garantie Jeune depuis la mise en place de l’expérimentation du dispositif à Paris en 2016.
• + de 1 000 logements nouveaux dans des résidences sociales et pensions de famille depuis 2015.

Mieux coordonner les politiques sociales et impliquer les citoyens
1 700 bénévoles ont participé au décompte des sans domicile fixe Paris lors de 1re Nuit de la Solidarité le 15 février 2018 aux côtés de 350 professionnels.
191 000 personnes ont été accueillies en 2017 dans les services sociaux gérés par le CASVP qui a délivré 186 millions d’euros d’aides financières.
20 Conférences sociales de territoire « Parlons social ! » ont été organisées dans les 20 arrondissements pour échanger avec les Parisiens sur les différentes politiques sociales.

Leave a Reply

Your email address will not be published.