Fête de la musique

Fête de la musique

Fidèle à son esprit d’origine, l’édition 2018 de cette ode à la musique mettra en avant la pratique amateur et la diversité des esthétiques.

La Fête de la Musique a été fixée à une date unique et symbolique, le 21 juin, jour du solstice d’été. Grande manifestation populaire gratuite et ouverte à tous les musiciens, amateurs de tous niveaux ou professionnels, elle célèbre la musique vivante et met en valeur l’ampleur et la diversité des pratiques musicales, ainsi que tous les genres musicaux. Elle s’adresse à tous les publics et contribue à familiariser à toutes les expressions musicales les jeunes et les moins jeunes de toutes conditions sociales.

Populaire et gratuit
La Fête de la Musique est majoritairement une manifestation de plein air qui se déroule dans les rues, les places, les jardins publics, les cours d’immeubles, les halls de gare, etc., sans but lucratif. Les musiciens sont invités à se produire bénévolement et toutes les manifestations sont gratuites pour le public. Mais c’est aussi l’occasion d’investir ou d’ouvrir exceptionnellement au public des lieux qui ne sont pas traditionnellement des lieux de concerts : musées, hôpitaux, édifices publics, etc.
La gratuité des concerts, le soutien de la Sacem, le relais des médias, l’appui des collectivités territoriales et l’adhésion de plus en plus large de la population ont fait que, en quelques années, la Fête de la Musique est devenue l’une des plus grandes manifestations culturelles françaises.
Depuis sa création par le ministère de la Culture, en 1982, les communes rurales et les petites, moyennes ou grandes villes de France s’investissent pour faire du 21 juin un moment privilégié, expression de la vie musicale dans son ensemble et reflet de son dynamisme permanent.
De multiples réseaux se mobilisent : les grandes fédérations amateurs et leurs relais, qu’il s’agisse de « la Confédération musicale de France » pour les fanfares, les harmonies et la pratique des amateurs ou de « À Cœur Joie » pour les chorales. Les équipements sociaux et culturels et les associations locales aident à révéler les nouvelles expressions musicales. Les scènes de musiques actuelles, les antennes du Printemps de Bourges, les écoles de musique, les conservatoires, les institutions musicales, les associations, les musées, les hôpitaux, les municipalités, les radios, les télévisions, les salles de concert, les cafés musique, les entreprises publiques ou privées participent à la Fête de la Musique et organisent leurs propres concerts.
L’énergie de ceux qui se mobilisent apporte à cette journée exceptionnelle sa part fondamentale de spontanéité et son allure de transgression joyeuse.

Un écho international
À l’étranger, la Fête de la Musique a pris une ampleur considérable en devenant un événement national dans plusieurs pays (le Luxembourg, l’Italie, la Grèce, le Pérou l’Équateur, la Colombie) ou en étant portée par de grandes métropoles comme New York, Berlin ou Mexico. En s’adaptant aux spécificités culturelles de chaque pays, la Fête de la Musique a su s’inventer, se réinventer, et devenir une manifestation musicale internationale emblématique. En 2017, plus de 120 pays ont célébré la Fête de la Musique.
La Fête de la Musique est aussi porteuse des nouvelles tendances musicales : renouveau des musiques traditionnelles, explosion des musiques du monde, développement des chorales, apparition du rap, de la techno, des musiques urbaines, etc. Elle entre dans les prisons, partage la vie des malades et du personnel de l’hôpital, rapproche les établissements scolaires de la musique, établit des liens et des échanges entre la ville et ses périphéries, irrigue les communes rurales, valorise le travail d’un individu, d’un groupe, d’une association ou de toute une communauté.
La Fête de la Musique favorise ainsi naturellement la visibilité et l’accès aux pratiques artistiques et culturelles et manifeste chaque année sa capacité à évoluer et à se pérenniser. Issue du ministère de la Culture, la Fête de la Musique s’épanouit et se diffuse dans l’espace public, avec le public et pour le public.

Six concerts en Région
Depuis sa création en 1982, la Fête de la Musique s’affirme chaque année comme un événement majeur de la vie musicale française, et même internationale puisqu’elle est désormais organisée dans plus de 120 pays à travers le monde. Emblème d’une volonté de partage et d’écoute, ses principes fondateurs l’inscrivent tout naturellement dans les enjeux d’une politique culturelle qui vise à s’adresser à toutes et à tous et notamment à celles et ceux qui demeurent encore aujourd’hui trop éloignés de la culture.
Françoise Nyssen, ministre de la Culture, a souhaité inscrire l’édition 2018 de la Fête de la Musique dans les chantiers prioritaires du ministère, tout en renouant avec son esprit d’origine. Ainsi, la ministre a choisi de donner un nouveau souffle aux festivités, en remplaçant le concert du Palais Royal dans le 1er arrondissement de Paris par 6 concerts en Régions. Ils seront répartis sur plusieurs scènes installées dans les territoires emblématiques de notre pays (ruralité, espace périurbain, quartier politique de la ville, ville moyenne).
Les 6 villes retenues, en concertation avec les acteurs locaux, sont :
• Château-Arnoux-Saint-Auban (Alpes-de-Haute-Provence – Région Provence-Alpes-Côte d’Azur) ;
• Château-Thierry (Aisne – Région Hauts-de-France) ;
• Marsillargues (Hérault – Région Occitanie) ;
• Pacy-sur-Eure (Eure – Région Normandie) ;
• Pierrefitte-sur-Seine (Seine-Saint-Denis – Région Ile-de-France) ;
• Verdun (Meuse – Région Grand Est).
Chaque soirée sera organisée en s’appuyant sur l’expertise des acteurs culturels locaux et permettra de mettre en avant la pratique amateur, l’éducation artistique et culturelle et la diversité des esthétiques musicales. La programmation reposera dans chaque ville sur quatre temps forts :
• présentation d’une action de pratique musicale réalisée dans le cadre scolaire ;
• moment de musique participative avec le public ;
• première partie assurée par un groupe émergent ;
• concert de clôture avec un artiste confirmé.
Coordonnée par le ministère de la Culture, la manifestation populaire et gratuite mobilise l’ensemble des acteurs, publics et privés, du secteur musical et réaffirme chaque année avec éclat que la musique est, par excellence, le domaine artistique où la différence rassemble. Elle démontre la force de la pratique musicale amateur, de la volonté de partage et de rassemblement de la population sur tous les territoires de la République, dans les villes de toute taille, zones périurbaines ou espaces ruraux.

Rens. sur www.fetedelamusique.fr

Leave a Reply

Your email address will not be published.