Pompidou à Bruxelles

Pompidou à Bruxelles

Retour sur la convention de partenariat structurel signée entre la Région de Bruxelles-Capitale, la Fondation Kanal et le Centre Pompidou.

Cette collaboration, qui aboutira à la création d’un nouveau pôle culturel et pluridisciplinaire dans l’ancien garage Citroën de la place de l’Yser à Bruxelles, amorce aujourd’hui une nouvelle étape, après la signature d’un premier protocole d’accord le 29 septembre 2016 et d’une convention de préfiguration, le 19 juillet 2017.

Une décennie de collaboration
La convention signée en décembre dernier, d’une durée de 10 ans à dater de sa signature, détermine les principales modalités de coopération entre les trois acteurs du projet – la Région de Bruxelles Capitale, la Fondation Kanal et le Centre Pompidou – concernant la création et l’exploitation du futur pôle culturel Kanal-Centre Pompidou.
Pour rappel, le pôle accueillera un musée d’art moderne et contemporain, le CIVA (Centre International pour la Ville, l’Architecture et le Paysage) et des espaces publics polyvalents ouverts à tous, mêlant activités pédagogiques et espaces de détente. Donc, le musée d’art moderne et contemporain comprendra un espace de présentation des collections permanentes organisé autour d’accrochages (trois sur cinq ans) permettant de parcourir une histoire de l’art des XXe et XXIe siècles et un espace dédié aux expositions temporaires. Ces accrochages, ainsi que les deux expositions temporaires, proposées chaque année, seront conçus à partir des collections et en s’appuyant sur le savoir-faire des conservateurs du Centre Pompidou. Parallèlement la Fondation Kanal a la possibilité d’organiser d’autres expositions.
Le Centre Pompidou s’engage à prêter des œuvres de sa collection, une des deux plus importantes au monde pour l’art moderne et contemporain : peinture, sculpture, les arts graphiques, la photographie, les nouveaux médias, le cinéma expérimental, l’architecture et le design. Il participera à la définition du projet culturel et scientifique du pôle. Il exercera également une mission de conseil et d’assistance pour la stratégie d’acquisition des collections permanentes. Il apportera son expertise et son ingénierie culturelle dans tous ses champs de compétence.
Ce partenariat a donc pour objectif clair de donner l’impulsion de ce nouveau pôle culturel régional grâce au Centre Pompidou, tout en convenant que l’objectif, à terme, de ce pôle est d’être autonome.

Programmation
En attendant l’ouverture après les travaux qui doivent débuter à l’automne 2019, une programmation culturelle de préfiguration sera proposée au public à partir du 5 mai 2018 jusqu’à fin juin 2019 dans le garage « brut ». Celle-ci sera pluridisciplinaire et fera écho aux rendez-vous culturels de la scène bruxelloise. Elle a été conçue pour occuper l’ensemble du bâtiment dans l’attente de ses travaux de réaménagement et dans la philosophie du futur pôle, laissant entre autres une part importante aux espaces publics et travaillant déjà sur la présence à venir dans ce pôle d’un Musée d’art moderne et contemporain ainsi que du CIVA.
Cette programmation culturelle de préfiguration a été conçue par Bernard Blistène, directeur du Musée national d’art moderne, le département du développement culturel et l’IRCAM du Centre Pompidou, en coopération avec la scène culturelle bruxelloise, entre autres à travers un Comité d’orientation scientifique. Elle s’immiscera dans les espaces laissés provisoirement en « friche » et interrogera par différentes propositions artistiques la nature et les fonctions du lieu qui étaient celles de ce lieu emblématique, lorsqu’il était encore garage.
Le Centre Pompidou – qui possède près de 2000 œuvres d’artistes belges dans ses collections modernes et contemporaines – entretient déjà des liens très forts avec Bruxelles et la Belgique. Avec la Région de Bruxelles-Capitale, il insérera ce nouveau projet dans le réseau culturel existant en travaillant avec les structures culturelles et sociales actives sur le territoire. C’est ainsi que dès cette année de préfiguration, un travail de commandes sera effectué vers des artistes bruxellois (choisis à travers un jury indépendant) pour que leurs créations soient exposées lors des expositions de préfiguration et commencer la constitution d’une collection pour le futur Musée d’art moderne et contemporain.
Le spectacle vivant rythmera également cette année de préfiguration, un partenariat fort devrait être noué avec la scène culturelle bruxelloise pour coproduire un programme de performances qui aura lieu au pôle. Des partenariats pourraient être créés, entre autres, avec l’AB, le Beurschowburg, le Botanique, Bozar, Flagey, les Halles de Schaerbeek, le Kaaitheater, le Kunsten Festival des Arts, la Raffinerie…
La Région de Bruxelles-Capitale a décidé de porter cet ambitieux projet pour amplifier la dynamique culturelle de Bruxelles, pour en faire un point central et catalyseur de la création contemporaine à Bruxelles. Au-delà de son intérêt et de son importance intrinsèque, Kanal Centre Pompidou doit favoriser la revitalisation et la redynamisation de ce territoire et permettre de retisser les liens entre les deux rives du Canal.
De multiples propositions s’attacheront à répondre à l’identité du lieu (l’ancien garage Citroën) – à ses qualités esthétiques uniques, typiques de l’architecture industrielle des années 1930, mais également à son histoire humaine et sociale, palpable au fil des ateliers et des bureaux. Menée dans un souci d’intégration au tissu urbain et de dialogue avec les partenaires locaux, cette année de préfiguration permettra à un large public l’accès dans un seul lieu, à une offre culturelle diversifiée inédite à Bruxelles.
• Une programmation pluridisciplinaire au rythme du calendrier culturel bruxellois : placée sous le commissariat général de Bernard Blistène, directeur du Musée national d’art moderne du Centre Pompidou, et discutée dans le cadre d’un Comité d’orientation scientifique, la programmation s’articule volontairement aux temps forts du calendrier bruxellois, comme le Kunstenfestivaldesarts, Design September ou Performatik. Elle reflète la dimension pluridisciplinaire propre au projet porté par la Région de Bruxelles-Capitale comme au Centre Pompidou. Le contenu des expositions, tenant compte des conditions de conservation offertes par ces lieux « bruts », fait la part belle à la sculpture, aux installations, à la photographie, au film, à la vidéo, au design ainsi qu’à l’architecture.
L’image en mouvement particulièrement mise à l’honneur à travers un programme d’expositions immersives qui se déploieront aux trois derniers étages de l’ancien show-room. L’une d’elles interrogera la notion d’orientation – un sujet trouvant une résonance particulière dans la démesure du lieu.
Dans cette même dynamique de préfiguration du futur pôle culturel, le CIVA relaie quant à lui la programmation architecturale à travers différents types de propositions, notamment des expositions, la conception, dans les espaces d’accueil du bâtiment, du mobilier destiné à l’usage des publics et des lieux de convivialité, ou la mise en place d’un workshop de construction appliquée au rez-de-chaussée et au premier étage du show-room.
Les spectacles vivants trouveront une place primordiale dans la programmation d’ensemble. Des dispositifs scénographiques seront présentés, comme Beaubourg La Reine de Sophie Perez et Xavier Boussiron : ils seront animés d’une programmation régulière de performances, de concerts et de spectacles. Des projets élaborés en partenariats avec les structures engagées dans la création de spectacles vivants à Bruxelles permettront de présenter des performances et créations inspirées par l’histoire et l’architecture du garage, lieu qui répond aux exigences de la création d’aujourd’hui. Le lieu accueillera en outre une programmation musicale riche et variée qui sera élaborée avec les grands acteurs de la musique à Bruxelles, des contacts ont été pris notamment avec l’AB, le Botanique et Flagey. Durant cette période de préfiguration, Kanal Centre Pompidou doit d’être un outil au service de la création et des artistes dont les espaces sont résolument pertinents dans le contexte de la métropole bruxelloise.
• Une programmation pensée en fonction du contexte : joyau de l’architecture industrielle bruxelloise des années 1930, l’ancien garage Citroën porte aussi la mémoire d’une histoire marquée par le travail. La programmation de cette année de préfiguration est bâtie autour de ces deux constats essentiels.
Des expositions se nichent dans chacune des zones du site, offrant au visiteur un parcours culturel en même temps qu’une promenade au cœur de cet extraordinaire bâtiment. Les qualités esthétiques du lieu, particulièrement sensibles au premier étage de l’atelier, seront soulignées par la présence de pièces de grandes dimensions comme la Maison tropicale de Jean Prouvé, PAO II de Toyo Ito, le Radôme de Buckminster Füller ou le Pavillon de Ross Lovegrove, toutes conservées dans les collections du Musée national d’art moderne Centre Pompidou et présentées comme autant de dispositifs propres à accueillir des publics. Ces pièces majeures constitueront le socle d’une programmation ad hoc. La présentation de la Maison tropicale donnera ainsi lieu à une réflexion plus large sur le fait colonial.
Performances et spectacles in situ réalisés en partenariat avec les acteurs de la saison spectacle vivant bruxelloise et en particulier dans les domaines de la danse et de la performance permettront également de prendre la mesure de l’espace.
L’histoire sociale du garage sera quant à elle évoquée à travers une série d’expositions qui prendront place dans différents espaces de travail – ateliers, bureaux, cuisine ou vestiaires – et qui raviveront leurs fonctions. Ainsi, dès le mois de mai 2018, l’atelier de carrosserie accueillera une vaste exposition de sculptures et d’environnements métalliques comprenant quelques-uns des chefs-d’œuvre de la collection du Musée national d’art moderne, entre Alexander Calder, Robert Rauschenberg et Martin Kersels. De même, la zone « administrative » accueillera une série d’expositions mettant en abyme les fonctions passées.
Plus largement, le contexte urbain du garage sera pris en compte à travers la mise en place de propositions artistiques susceptibles d’impliquer des communautés venues de tous horizons. Ainsi, entre autres, l’« Usine de films amateurs 1 » pourrait être installée durant un an au rez-de-chaussée de l’atelier. Formidable machine à tisser du lien social et à rapprocher la création artistique du plus grand nombre, elle inviterait les habitants de la région bruxelloise à venir tourner leurs propres films dans l’univers poétique du cinéaste Michel Gondry.
• Une programmation ancrée dans la scène artistique bruxelloise : tout au long de cette année de préfiguration, un programme de commandes passées à une dizaine d’artistes vivant et travaillant à Bruxelles sera progressivement dévoilé. Les projets des artistes seront conçus en cohérence avec la programmation de préfiguration et avec l’architecture du lieu. Ces projets seront sélectionnés par un comité de sélection réunissant outre Bernard Blistène, Laurent Busine, Philippe Van Den Bossche et divers acteurs culturels de la scène belge. La liste de la dizaine de projets retenus sera dévoilée au mois de janvier, le suivi de leur production sera assuré par la Fondation Kanal. L’ensemble des projets devrait être présenté dès l’ouverture. Il s’agit aussi d’entamer la constitution de la collection du futur Musée d’art moderne et contemporain du projet Kanal Centre Pompidou.
En outre, de nombreuses propositions artistiques seront produites en partenariat avec différents acteurs de la scène culturelle bruxelloise, comme le Kunstenfestivaldesarts, Flagey, le Botanique, le Kaaitheater, la Raffinerie, le Beurschouwburg ou encore l’Ancienne Belgique et bien d’autres. Ces projets in situ souligneront la vocation future du pôle culturel, d’être un lieu ouvert à la diversité des pratiques contemporaines et propre à offrir à Bruxelles une plateforme internationale nécessaire pour une Région, capitale de l’Union européenne.

Le projet
• L’ancien garage Citroën : la Région de Bruxelles-Capitale a acheté l’ancien garage Citroën, construit en 1934, par l’architecte français Maurice-Jacques Ravazé, en collaboration avec les architectes belges Alexis Dumont et Marcel Van Goethem, en vue d’un grand projet culturel.
L’ouverture, la transparence, la flexibilité, l’horizontalité, la fonctionnalité et la lumière font partie intégrante de la conception de ce bâtiment qui fut, pendant un certain temps, le plus grand garage d’Europe. Cet énorme complexe, qui s’étend sur une parcelle de 1,6 hectare, est une véritable cathédrale de verre, acier et béton, et reflète étroitement l’esprit moderniste de l’époque. Le garage a également une histoire fortement connectée à la France, puisqu’il s’agit du dernier ouvrage à avoir été commandé par André Citroën lui-même. Situé à l’intersection de la Place de l’Yser et du Quai de Willebroeck, le garage bénéficie d’une excellente visibilité et d’une très bonne accessibilité, à proximité du Canal et du centre historique de Bruxelles. D’une surface totale de 37 000 m2, il s’articule autour d’un Show-room monumental de 7 200 m2 pour une hauteur de 21 m. Les Ateliers et les bureaux occupent respectivement 24 000 m2 et 5 800 m2. Après une période de réaménagement, ce nouvel et vaste espace culturel accueillera le nouveau pôle culturel. Le musée d’art moderne et contemporain devrait occuper 15 000 m2, le CIVA 10 000 m2, et les espaces publics culturels interdisciplinaires et pédagogiques 10 000 m2.
• Un concours international d’architecture : l’aménagement du site fait actuellement l’objet d’un concours international d’architecture. 92 projets ont été reçus au printemps 2017, sept finalistes ont été retenus en juillet 2017. Chacun des sept candidats présélectionnés est invité à présenter son projet devant un jury international, qui, après délibération, désignera le lauréat du concours en mars 2018.

Le Centre Pompidou
Le Centre Pompidou est un établissement public français à caractère administratif, placé sous la tutelle du ministère de la Culture et de la Communication. Doté d’une architecture emblématique conçue par Renzo Piano et Richard Rogers, il a été inauguré en 1977. Le Centre Pompidou réunit en un lieu unique l’un des plus importants musées au monde possédant la première collection d’art moderne et contemporain d’Europe, des salles de cinéma et de spectacles, des espaces d’activités éducatives, une bibliothèque de recherche sur l’art des XXe et XXIe siècles. Il est associé à une bibliothèque de lecture publique et à un institut de recherche musicale (Ircam).
Rassemblant plus de 120 000 œuvres, la collection du Centre Pompidou constitue l’un des premiers ensembles mondiaux de référence pour l’art des XXe et XXIe siècles. Depuis les grands fonds historiques jusqu’aux acquisitions les plus récentes, elle couvre les domaines des arts plastiques, des arts graphiques, de la photographie, des nouveaux médias, du cinéma expérimental, de l’architecture, du design et de la prospective industrielle.
Plateforme d’échanges entre la société et la création contemporaine, le Centre Pompidou est un lieu populaire, qui reçoit plus de 3 millions de visiteurs chaque année, et dont la mission est de s’adresser à un public toujours plus large pour lui offrir les clés d’accès à la création contemporaine la plus récente et active, en nouant des liens étroits avec les artistes.
Aujourd’hui les publics sont invités à faire l’expérience du Centre Pompidou dans différents lieux, le Centre Pompidou Metz depuis 2010 et le Centre Pompidou Malaga depuis 2015. Un partenariat est en cours de finalisation à Shanghai.

Leave a Reply

Your email address will not be published.