Livres ouverts

Livres ouverts

La 2e édition de la Nuit de la lecture aura lieu le samedi 20 janvier 2018 dans vos bibliothèques et librairies invitées à vous ouvrir grand leurs portes.

Dès l’après-midi et toute la soirée, découvrez ou redécouvrez la richesse de vos bibliothèques et de vos librairies autour d’animations spécifiques festives et ludiques – lectures itinérantes et surprenantes, chasses au trésor, ateliers en pyjama ou en musique, conférences, projections, débats, présentation des nouveautés littéraires – et de rencontres avec des auteurs, illustrateurs, conteurs, parrains de l’événement.

Popularisation de la lecture
Fort du succès du lancement en 2017, cette deuxième édition est une nouvelle occasion de conforter les liens entre les acteurs du livre et de la lecture, en particulier les libraires, mais aussi les auteurs, les éditeurs, les écoles, les associations locales… Ainsi, des programmations croisées entre bibliothèques et librairies vous permettront de circuler des unes aux autres et de découvrir les collections d’ouvrages physiques et numériques de ces lieux de culture.
Bénéficiant de nombreux partenariats, elle s’inscrit dans une politique forte du ministère de la Culture en faveur d’un accès diversifié et élargi aux livres et à la lecture et coïncide avec la mission d’ambassadeur de bonne volonté pour la lecture confiée par la ministre à Erik Orsenna.
Les bibliothèques sont à la fois des lieux de culture et de savoir, mais aussi et surtout des lieux de vie. Elles constituent, en lien avec tous les acteurs de la lecture, le premier réseau d’équipements culturels de proximité. Bibliothèques et librairies un rôle majeur à jouer dans le développement d’une société de dialogue éclairé aux valeurs partagées.
Accroître le nombre d’habitués des bibliothèques comme des librairies constitue ainsi un enjeu de démocratisation majeur qui nous engage tous et auquel une manifestation comme la Nuit de la lecture peut contribuer.
La Nuit de la lecture est l’occasion de mettre l’accent sur les démarches d’ouverture des bibliothèques sur des horaires étendus, le soir mais aussi le dimanche.
En jouant de la complémentarité entre ces deux lieux du livre et du savoir, la Nuit de la lecture vient souligner la manière dont les livres et les débats d’idées nous nourrissent, nous permettent d’échanger, de nous situer dans les enjeux de notre société.

Présentation de la mission
Françoise Nyssen, ministre de la Culture, a confié à Erik Orsenna une mission d’ambassadeur de bonne volonté auprès de tous les acteurs du champ de la lecture.
La décision de confier à Erik Orsenna, écrivain, membre de l’Académie française, une mission d’ambassadeur de bonne volonté auprès de tous les acteurs locaux, élus, professionnels intervenant dans le champ de la lecture publique traduit la volonté de faire de ce thème un axe fondamental de la politique que conduit la ministre de la Culture en faveur de l’accès aux pratiques culturelles. Il s’agit de provoquer des rencontres, de partager une conviction, celle que la lecture occupe et peut jouer un rôle déterminant dans le bien-être des citoyens et la cohésion de notre société. Les quelque 16 500 bibliothèques, médiathèques et points de lecture, qui maillent le territoire sont les fers de lance de cette ambition nationale.
La mission confiée à Erik Orsenna repose sur la nécessité de convaincre, élus et professionnels, que l’extension des horaires d’ouvertures des bibliothèques n’est pas une mesure pensée par l’État de façon verticale mais qu’elle repose sur la conviction du rôle central que les bibliothèques de lecture publique peuvent constituer de nouveaux forums au cœur des territoires. Pour cela, elles doivent être plus grandes ouvertes, à toutes et à tous, tout particulièrement aux actifs et aux publics familiaux.
Pour cette mission, Erik Orsenna sera accompagné par un représentant de l’inspection générale des affaires culturelles, Noël Corbin. Ils rencontreront les élus, les professionnels de la lecture publique, mais iront aussi à la rencontre des lecteurs, des personnels du monde éducatif, des fédérations d’éducation populaires et de tout le réseau associatif qui fait vivre la lecture publique.
Les élus et professionnels des grandes métropoles régionales seront naturellement sollicités mais la mission s’attachera à aller aussi dans les zones rurales et périurbaines, là où les moyens sont parfois les moins importants et les besoins considérables.
Au-delà des déplacements au plus près du terrain, de nombreuses rencontres seront organisées avec des parlementaires, des fédérations d’élus locaux et des professionnels des bibliothèques : il s’agit d’utiliser tous les réseaux existants pour échanger, débattre et tenter de convaincre.

Une nouvelle ambition pour la lecture publique
Contribuer à faire évoluer les bibliothèques et favoriser l’élargissement de leur public : telle est la double ambition de la ministre de la Culture, qui a lancé, le 8 septembre dernier, une « campagne de mobilisation nationale auprès des collectivités territoriales pour les sensibiliser à la question des horaires et repenser les bibliothèques comme des lieux de cohésion sociale ». C’est dans cette perspective qu’elle avait confié le 15 juin à l’académicien Erik Orsenna cette mission d’ambassadeur itinérant. Avec l’appui de l’Inspection générale des affaires culturelles (Igac), l’écrivain avait effectué un tour de France pour promouvoir le projet concernant l’ouverture des bibliothèques et recueillir les attentes des parties prenantes.
• Atouts majeurs : avec plus de 16 500 équipements, la France dispose, selon Françoise Nyssen, d’un « extraordinaire » réseau de bibliothèques et médiathèques publiques, qui constitue un atout important pour une « reconquête culturelle de notre pays ». Autre signal encourageant : la progression régulière de la fréquentation des bibliothèques. Selon une étude récente du ministère de la Culture sur les « Publics et usages des bibliothèques municipales en 2016 », 40 % des Français de 15 ans et plus se sont rendus dans une bibliothèque municipale en 2016, alors qu’ils n’étaient que 25 % en 1997. « Loin d’être désertées, les bibliothèques restent un lieu de référence pour beaucoup de nos concitoyens », s’est réjouie la ministre au congrès de l’Association des bibliothécaires français (ABF), en précisant que « cette évolution tendancielle concerne aussi les jeunes générations, contrairement aux idées reçues ».
• Temps forts : aujourd’hui, l’État souhaite s’engager fortement auprès des collectivités territoriales et des professionnels de la lecture publique afin de faire évoluer les bibliothèques. Celle-ci comprend plusieurs temps forts. D’abord, un tour de France dans le cadre duquel l’académicien se déplace, en décembre, dans plus d’une vingtaine de villes, réparties sur l’ensemble du territoire. Ensuite, une journée nationale a été programmée à la bibliothèque publique d’information (BPI), au Centre Pompidou, le 21 septembre. Son but : dresser, en présence de la ministre, d’Erik Orsenna et de nombreux élus et professionnels de terrain, un état des lieux des deux axes principaux de la mission, « la bibliothèque du XXIe siècle : nouveaux usages, nouveaux services » et « les expériences d’extension d’horaires ». Enfin, lors des états généraux des bibliothèques qui se tiendront en mars 2018, Erik Orsenna présentera ses préconisations pour l’évolution des bibliothèques.

Leave a Reply

Your email address will not be published.