La révolte du pain au Maroc

La révolte du pain au Maroc

L’incident tragique qui s’est produit à Essaouira met à nu l’inanité des discours officiels au Maroc sur «le dynamisme économique» du pays et dévoile l’ampleur de la misère sociale qui frappe l’immense majorité de la population que les autorités s’ingéniaient à cacher, en usant de tous les moyens de diversion.

Ce n’est pas la première opération du genre. En 2004, à Ait Daoud, lors d’une distribution alimentaire. D. R

Ce qui s’est passé confirme l’extrême gravité de la situation dans ce pays qui présage d’une explosion dévastatrice, alors que dans la région du Rif des manifestations réprimées dans le sang réclament depuis plusieurs mois du pain et de la justice suite à la mort, dans des conditions tragiques, d’un marchand de poisson dans la ville d’El-Hoceïma en octobre 2016.

Un rapport exigé par le roi Mohammed VI sur la gestion administrative et économique de la région a abouti à des malversations et des défaillances locales, mais a éludé les responsabilités politiques de cette marginalisation qui a réduit toute une population à l’indigence et au désœuvrement. Le nombre sans cesse en hausse de jeunes Marocains qui empruntent des embarcations de fortune pour gagner l’autre rive de la Méditerranée atteste de ce désarroi grandissant dans un pays livré à la rapine, au pillage et aux narcotrafiquants. Aussi, le nombre de Marocains qui continuent à renforcer, y compris en Europe, les rangs des organisations terroristes, comme Daech, illustre une véritable saignée dans ce pays.

Enfin, cet incident ramène les Marocains à leur réalité amère quelques jours seulement après les scènes de liesse populaire dans les villes marocaines pour célébrer la victoire de l’équipe du Maroc à la Coupe du monde de football. Une victoire que le Makhzen et ses relais ont essayé de surexploiter pour mieux asseoir cette fausse image d’un pays au bord de la famine.

Selon les sources officielles marocaines, au moins 15 personnes ont été tuées et 5 autres blessées dimanche dans une bousculade lors de la distribution d’aide alimentaire dans la région d’Essaouira (ouest), a-t-on annoncé de source officielle.

Le drame a eu lieu dans la localité de Sidi Boulaâlam (environ 60 km au nord-est d’Essaouira), a souligné le ministère de l’Intérieur dans un communiqué, sans préciser les circonstances exactes de cette bousculade.

Des médias locaux ont affirmé qu’un «mécène» avait organisé en matinée l’opération d’aide alimentaire dans une échoppe de cette commune rurale. Mais il a vite été «submergé par la foule», composée de près de 800 personnes, principalement des femmes. Une enquête a été ouverte pour «déterminer les circonstances de l’incident et établir les responsabilités», selon les autorités marocaines.

Le ministère de l’Intérieur a annoncé que le roi Mohammed VI avait donné ses instructions pour «apporter l’aide et le soutien nécessaires aux familles des victimes et aux blessés». Le roi a également décidé de «prendre en charge personnellement les frais d’inhumation et des obsèques des victimes et des soins des blessés», d’après la même source.

Algérie patriotique

Leave a Reply

Your email address will not be published.