« Mission Orsenna »

La ministre de la Culture, Françoise Nyssen, a lancé à Rennes en compagnie d’Erik Orsenna, écrivain, académicien, le tour de France de la lecture publique qui se conclura, au printemps prochain par des états généraux.

Erik Orsenna, auquel la ministre a confié cet été une mission d’ambassadeur de la lecture publique – pour laquelle il sera appuyé par un membre de l’inspection générale des affaires culturelles, Noël Corbin – va, jusqu’à la fi n de l’année, sillonner la France pour aller à la rencontre de l’ensemble des acteurs qui constituent l’écosystème de la lecture publique : les élus, les professionnels des bibliothèques, les associations socioculturelles ainsi que des libraires dont le rôle est fondamental sur les territoires.

Le souhait de l’État est d’étendre les horaires d’ouverture des bibliothèques, notamment le week-end afin qu’elles soient toujours plus accessibles à tous les citoyens, notamment en dehors des horaires de bureau. C’est sur le thème de l’articulation des horaires des bibliothèques avec les temps de la vie des usagers que se fait ce premier déplacement.

La France dispose, grâce à l’engagement des collectivités locales, d’un extraordinaire réseau de bibliothèques et de médiathèques, plus de 16 500 équipements, qui maillent le territoire national et jouent un rôle essentiel pour la démocratie culturelle par leur contribution au vivre ensemble et à la lutte contre les inégalités. Lieux de rencontre, de convivialité, de formation, de débat, de revitalisation parfois des centres villes, les bibliothèques peuvent devenir les nouvelles maisons de la culture.

40 % des Français de 15 ans et plus se sont rendus dans une bibliothèque municipale en 2016 alors qu’ils n’étaient que 25 % en 1997. Tel est l’un des enseignements encourageants de l’étude « Publics et usages des bibliothèques municipales » menée récemment par le Ministère de la Culture. Il faut aller plus loin : nombre de nos concitoyens ne peuvent profiter pleinement des bibliothèques du fait d’horaires d’ouverture insuffisamment adaptés à leur rythme de vie.

La mission confiée à Erik Orsenna par Françoise Nyssen dressera un état des lieux de la lecture publique en France. Un rapport sera remis à la ministre de la Culture en fi n d’année, présentant un diagnostic sur les atouts du réseau de lecture publique, les attentes et les besoins des élus et des professionnels pour ouvrir plus leurs équipements. Dans le même temps, une autre mission, conjointe, des inspections des ministères de l’Intérieur et de la Culture définira les besoins budgétaires liés à l’extension des horaires des bibliothèques afin de préparer les arbitrages gouvernementaux. L’État souhaite en effet s’engager auprès des collectivités territoriales et participer à l’effort nécessaire pour ouvrir grand les bibliothèques de lecture publique.

Publics et usages des bibliothèques

Douze ans après la dernière étude nationale sur les bibliothèques municipales en France, le ministère de la Culture publie les résultats de la dernière grande enquête sur les publics et les usages de ces bibliothèques. Face à la concurrence accrue des écrans déjà repérée lors de la dernière édition des Pratiques culturelles des Français et dans un contexte d’accroissement du nombre de lieux de lecture publique dû à la volonté conjointe des collectivités et de l’État, cette nouvelle enquête était attendue. Elle met en lumière un mouvement de fond en faveur de la fréquentation des équipements de lecture publique, 40 % des Français de 15 ans et plus s’étant ainsi rendus dans leur bibliothèque en 2016 (35 % en 2005). Cette enquête témoigne également d’une modification en profondeur et sur le long terme du rapport qu’entretiennent les Français avec les bibliothèques, que neuf Français sur dix ont été amenés à fréquenter au moins une fois dans leur vie.

Les équipements de lecture publique sont ainsi devenus incontournables et indispensables pour les jeunes générations, qui les fréquentent massivement et pour lesquelles elles constituent un relais efficace des politiques d’éducation artistique et culturelle. L’usage de ces équipements évolue également : autrefois axé sur l’emprunt et le livre, il s’est fortement diversifié, en lien avec la richesse des services proposés par les bibliothécaires, sur place, en ligne ou hors les murs. Lieu de travail et de formation, d’échanges et de rencontres, de détente et de loisirs, la bibliothèque publique s’adresse à tous et conserve une bonne image et une forte légitimité auprès de ses publics comme des non-usagers.

Leave a Reply

Your email address will not be published.