Quartiers d’été

Quartiers d’été

Objectif de cette opération, renforcer les activités et les services de proximité proposés aux familles des quartiers prioritaires.

Dotée de 110 millions d’euros, l’opération « Quartiers d’été 2020 » se traduit par un renforcement des moyens matériels, financiers et humains consacrés par le Gouvernement aux habitants des quartiers.

Un été d’apprentissage
• Des « vacances apprenantes »
L’opération « Vacances apprenantes » est partie intégrante des Quartiers d’été. Le but est de faire de cet été particulier un été pour apprendre et se préparer à la rentrée, mais aussi un été pour s’amuser, découvrir et s’oxygéner.
• Des « colonies de vacances apprenantes »
Les « colonies de vacances apprenantes » proposent à des enfants et jeunes de 3 à 17 ans des séjours dans un cadre dépaysant d’au moins 5 jours pour favoriser la découverte de nouvelles activités et de nouveaux territoires en France. L’objectif est de rattraper les apprentissages, notamment pour les élèves décrocheurs pendant le confinement, tout en proposant des activités de découvertes, culturelles et sportives, et en donnant l’opportunité de partir dans un autre département que celui de sa résidence. Le dispositif vise l’accueil de 250 000 enfants et jeunes, dont 200 000 issus des quartiers prioritaires. L’État finance jusqu’à 80 % du coût du séjour, le restant étant complété par les collectivités locales.
• Des « Écoles ouvertes » pour 400 000 enfants
L’opération consiste à accueillir dans les écoles, les collèges et les lycées, pendant les vacances, des enfants et des jeunes pour leur proposer du renforcement scolaire et des activités culturelles et sportives. Avec le nouveau dispositif « École ouverte buissonnière », il peut être proposé aux enfants d’aller dans des « Écoles ouvertes » à la campagne ou en zone littorale à la découverte de la nature et du patrimoine local, ou de partir en mini-camps sous tente avec son « École ouverte ».
• Les accueils de loisirs des collectivités territoriales
Une aide ponctuelle exceptionnelle est proposée aux collectivités territoriales afin de faciliter l’ouverture des accueils de loisirs, d’augmenter leurs capacités d’accueils ou de renforcer les contenus pédagogiques. Une attention particulière est portée aux territoires et publics les plus fragiles.

Un été de solidarité
• Renforcer la présence des services publics
L’Agence nationale de la Cohésion des Territoires a lancé une opération en lien avec la Banque des territoires pour financer le lancement de 30 bus France services mobiles cet été dans les quartiers prioritaires. Véritables Maisons France service itinérantes, ces bus permettent de venir à la rencontre des habitants pour effectuer des démarches de la vie courante : contacter un conseiller Pôle emploi, remplir un formulaire en ligne… Ils sont une initiative essentielle pour accompagner les habitants des quartiers dans leurs démarches administratives et de leur faire mieux connaître les aides disponibles afin notamment de lutter contre le non-recours aux droits. Ces bus sont présents dans des moments importants de vie sociale du quartier et dans les lieux traditionnellement fréquentés, comme les marchés.
1 500 postes d’adultes relais supplémentaires sont ouverts. Ils s’ajoutent aux 4 000 postes déjà ouverts en 2019. Tous ces adultes formés assurent des missions de médiation sociale et culturelle de proximité. Financés par l’État, ils viennent renforcer les effectifs des associations de proximité ainsi que les éducateurs de la prévention spécialisée. Enfin, les grands services publics comme La Poste sont mobilisés pour assurer la continuité du service tout au long de l’été dans les quartiers.
• Valoriser la solidarité
Les associations ont joué un rôle de solidarité essentiel pendant le confinement, au plus proche des besoins des habitants grâce à leur grande proximité. La dynamique de solidarité doit se poursuivre. Le fonds de soutien créé pendant la crise sanitaire et permettant de les soutenir via des subventions sera pérennisé et renforcé pour atteindre 10 millions d’euros.
• Soutenir les actions civiques et de tranquillité publique
Des initiatives, offrant aux jeunes des activités sportives, tout en les sensibilisant à la citoyenneté encadrée par des policiers volontaires existent. La période estivale doit permettre de poursuivre et d’approfondir le travail de proximité et de confiance engagé toute l’année.
– les délégués à la cohésion police population sont déployés pour préserver un climat de confiance dans les quartiers, en personnalisant et en multipliant les contacts auprès des habitants, des élus, des bailleurs sociaux, des gardiens d’immeubles… Ces délégués jouent un rôle essentiel pour prévenir la délinquance et gérer les conflits de voisinage ;
– des journées sportives et citoyennes sont organisées et encadrées par des policiers bénévoles. C’est notamment le cas du dispositif « Raid aventure organisation », dont l’objectif est d’organiser, au cœur des quartiers, des moments privilégiés de rencontres entre les policiers et les jeunes, à travers des activités citoyennes, ludiques, sportives… ;
– des chantiers éducatifs et citoyens sont également mis en œuvre par la prévention spécialisée et les centres sociaux avec le soutien du Secrétariat général du Comité interministériel de prévention de la délinquance et de la radicalisation ;
– l’accès au permis de conduire pour les jeunes adultes est facilité par des dispositifs locaux tels que « bourse au permis de conduire » mise en place par les collectivités territoriales. Ces dernières prennent en charge une partie du coût du permis de conduire en échange d’une activité d’intérêt collectif effectuée par des jeunes de 18 à 25 ans. Les associations peuvent également proposer à ce public un accompagnement à la formation et au passage de cet examen.
• Priorité donnée à la formation et à l’emploi
La solidarité, cela est aussi de s’assurer que les jeunes des quartiers font l’objet d’une attention particulière quand on parle d’emploi et de formation professionnelle. La question de l’emploi et de la formation se pose particulièrement dans les quartiers prioritaires, faisant déjà face à un chômage deux fois plus élevé avant la crise sanitaire. L’opération Quartiers d’été est l’occasion de donner la priorité à la formation et à l’emploi et de soutenir les jeunes dans leur recherche de jobs d’été.
– Le développement de la plateforme « mobilisationemploi.gouv.fr » par le ministère du Travail et Pôle emploi répond aux besoins de recrutement dans les secteurs en tension. En particulier et afin de répondre aux nouveaux besoins en recrutement liés à la deuxième étape du déconfinement, la plateforme « Mobilisation emploi » propose désormais des offres d’emplois saisonniers. Depuis mi-juin, près de 4 000 offres de contrats saisonniers, liés à la réouverture progressive d’activités fortement marquées par la saisonnalité telles que la restauration, le tourisme ou la culture, sont déjà disponibles dans toutes les régions de France.
– Des jobs d’été, contrats d’alternance et soutien à la formation sont proposés grâce aux entreprises signataires du Pacte et de « La France Une Chance », dans une démarche d’accompagnement des jeunes des quartiers prioritaires. Ces entreprises proposeront aux jeunes de 16 à 29 ans des contrats d’été ainsi que des contrats d’alternance, notamment dans les secteurs prioritaires qui auront été soumis à une forte tension durant la crise sanitaire (santé, agriculture, agroalimentaire, transports, logistique, aide à domicile, énergie, télécommunication). Les contrats d’alternance seront proposés aussi bien aux jeunes qui auraient connu des ruptures de contrats du fait de la crise sanitaire qu’à ceux envisageant une formation en alternance à la rentrée 2020.
– Concernant l’apprentissage, l’aide de l’État va augmenter pour l’insertion des jeunes dans le marché du travail. Les entreprises qui recrutent un apprenti du 1er juillet au 28 février 2021 bénéficieront d’une aide élargie à l’embauche de 5 000 euros pour les mineurs et de 8 000 euros pour les majeurs. Cette aide est valable pour toutes les embauches d’apprentis préparant un diplôme allant du CAP à la licence professionnelle. Parallèlement, la période qu’un jeune peut passer en centre de formation des apprentis dans l’attente de signer un contrat d’apprentissage est portée de 3 à 6 mois : les jeunes rentrés en septembre 2020 pourront commencer leur formation en toute sécurité et auront jusqu’au 28 février 2021 pour trouver un employeur.
– Afin d’accélérer et d’anticiper les entrées en apprentissage, les prépa-apprentissage financées par le plan d’investissement dans les compétences proposent les parcours d’accompagnement à la découverte des métiers pour les jeunes, aujourd’hui insuffisamment préparés, pour réussir leur entrée en apprentissage. Plus de 90 000 places de prépa-apprentissage sont proposées sur plus de 1 000 sites.
– Des formations aux compétences numériques et une mise à disposition de matériels numériques seront proposées dans les Tiers-Lieux et « Fabriques numériques de territoires ». Objectif : accompagner 10 000 habitants des quartiers dans leurs problématiques d’accès. Dans chaque quartier en politique de la ville, une structure de proximité offre aux habitants des services numériques minimums : délivrance de « pass numériques » permettant de découvrir les outils et de se former aux compétences numériques ; connexion et espaces adaptés permettant notamment de suivre des formations à distance ou de passer des entretiens d’embauche ; prêts ou locations de matériels.

Un été de découverte
• Développer la culture et encourager le sport
L’État soutient l’intervention d’artistes dans les quartiers, avec notamment les micro-folies. Des résidences artistiques dans les quartiers, des concerts, des projections en plein air, des projets de découverte du patrimoine, d’ateliers théâtre sont également organisés.
– Près de 70 micro-folies sont déployées en France. Une micro-folie est un musée numérique qui permet de réunir dans un endroit unique une sélection des collections dématérialisées des plus grands musées (Le Louvre, Centre Pompidou, RMN-Grand Palais, Versailles, Musée Picasso, La Philharmonie, Univers Science, La Villette). Ce lieu modulaire, déclinable à l’infini, doit se développer également dans les quartiers cet été. En septembre 2019, le ministre Franck Riester a annoncé la création de 1 000 micro-folies d’ici 2023.
– Des projections de films en plein air et des ateliers de pratique et d’éducation à l’image.
– Des visites virtuelles et pédagogiques du patrimoine.
– des ateliers-théâtre pour apprendre à mieux gérer son rapport à l’autre.
– des formations de lecture à haute voix et prose de parole en public.
– Les fédérations sportives, le réseau des associations socio-sportives spécialisées dans l’éducation par le sport et les établissements du ministère des Sports (Creps) se mobilisent. Leur expérience et leur légitimité dans l’encadrement des jeunes pratiquants de sport permettront aux enfants et aux jeunes des quartiers en politique de la ville de pratiquer et découvrir en toute sécurité des sports pendant l’été ; offriront aux jeunes la possibilité de se retrouver, vivre ensemble et se remettre en forme après la période de confinement ; valoriseront le savoir-faire des clubs sportifs et susciteront l’envie de poursuivre une activité sportive en club à la rentrée scolaire 2020 ; feront connaître aux familles et à leur réseau d’associations, les aides financières disponibles auprès de la CAF et des collectivités territoriales pour s’inscrire dans un club sportif à la rentrée. La Fédération française de basket-ball propose des animations sportives itinérantes pour permettre aux jeunes de découvrir les règles et les valeurs du basket.