Ciné et art

Ciné et art

Les Journées internationales du film sur l’art explorent chaque année le lien singulier qui unit le cinéma aux autres arts et questionnent le processus créatif et le rôle de l’art dans nos sociétés. Rendez-vous au Louvre du 17 au 26 janvier 2020.

Cette 13e édition des Journées internationales du film sur l’art (Jifa) reçoit une nouvelle invitée, la réalisatrice Claire Denis, pour trois jours de carte blanche et de rencontres avec des artistes. La seconde partie du programme propose un hommage à la 3e Scène de l’Opéra national de Paris, un focus sur le Bauhaus ainsi qu’une sélection de films récents et des échanges avec leurs réalisateurs. Cette année, les Jifa présentent pour la première fois des expériences immersives de réalité virtuelle avec un choix de films accompagné de rencontres.

Carte blanche : films et rencontres en présence de Claire Denis
Réalisatrice et scénariste, Claire Denis s’est imposée dans le paysage cinématographique comme l’une des cinéastes majeures de notre temps. Après des études à l’Idhec, elle travaille avec les plus grands : Rivette, Jarmusch, Wenders. Son premier long métrage, Chocolat (1988), inspiré de souvenirs d’enfance en Afrique, développe un univers singulier et l’impose d’emblée parmi ses aînés. Viendront ensuite une trentaine de réalisations, dont les longs métrages S’en fout la mort (1990), J’ai pas sommeil (1994), Beau travail (1999), L’Intrus (2004), White Material (2010), Les Salauds (2013), Un beau soleil intérieur (2017). Récemment High Life (2018), film d’anticipation, a démontré encore une fois son aptitude à renouveler tant son sujet que sa manière. À travers cette carte blanche seront questionnées, en compagnie d’artistes dont elle est proche, l’attraction qu’exercent sur elle les autres arts, notamment la musique, la danse et la littérature, et leur portée dans son processus créatif.
• Vendredi 17 janvier à 20h : En musique avec Claire Denis
Claire Denis évoque avec Thierry Jousse son rapport à la musique, qui irrigue totalement son œuvre (documentaire, clips, fictions). Elle revient sur son compagnonnage avec des musiciens comme Stuart Staples ou Kim Gordon et des groupes comme Sonic Youth ou Tindersticks.
Conversation avec Claire Denis animée par Thierry Jousse, avec la projection de clips et intermèdes musicaux.
• Samedi 18 janvier à 15h : Vers Mathilde (Fr., 2004, 84 min, musique PJ Harvey)
La caméra de Claire Denis et l’écriture dansée de Mathilde Monnier explorent des territoires communs. Ce film est une histoire de rencontre, d’échange et de fusion de deux arts : le cinéma et la danse.
Projection suivie d’un échange entre Claire Denis et Bernardo Montet, danseur et chorégraphe.
• Dimanche 19 janvier à 15h : Beau travail (Fr., 1999, 92 min, avec Denis Lavant, Grégoire Colin, Michel Subor)
Seul dans l’hiver marseillais, l’ex-adjudant Galoup, légionnaire destitué de ses fonctions, ressasse ses souvenirs arides de la région de Djibouti. Film chorégraphié, inspiré par Billy Budd de Herman Melville et l’opéra du même nom de Benjamin Britten, Beau travail évoque le désir, la haine et le pouvoir.
Projection suivie d’une master class de Claire Denis, animée par Laure Adler.

Cette 13e édition reçoit une nouvelle invitée, la réalisatrice Claire Denis, pour trois jours de carte blanche et de rencontres avec des artistes.

Sélection Jifa 2020 : « Au croisement des arts »
Danse, opéra, art contemporain, photographie, histoire de l’art, rap : cette 13e édition présente une sélection de films récents à la croisée des arts, des époques et des disciplines, dont la facture et le propos échappent aux codes du documentaire classique. Les projections sont suivies de rencontres avec les cinéastes.
• Mercredi 22 janvier à 20h : La 3e Scène de l’Opéra national de Paris
En 2015, l’Opéra national de Paris a décidé d’ouvrir sa 3e Scène, une scène numérique accueillant des œuvres en lien avec l’univers du lyrique et de la danse.
Projection de Blue d’Apichatpong Weerasethakul (12’), Les Indes galantes de Clément Cogitore (5’), Violetta de Julie Deliquet (19’), A Night at the Opera de Sergei Loznitsa (10’), De la joie dans ce combat de Jean-Gabriel Périot (22’), L’Entretien d’Ugo Bienvenu et Félix de Givry (9’), La Grande sortie d’Alex Prager (10’), Degas et moi d’Arnaud des Pallières (20’), Matching Numbers de Xavier Veilhan (15’), Nephtali de Glen Keane (4’).
• Jeudi 23 janvier à 12 h 30 : Soulages (Fr., 2017, réal. Stéphane Berthomieux, 52 min)
Le film propose de vivre l’expérience du noir de Soulages et sa quête de la lumière en explorant plus particulièrement ses grands tableaux Outrenoirs.
En présence de Stéphane Berthomieux.
• Vendredi 24 janvier
– à 17h : Bauhaus et cinéma
L’école d’architecture et d’arts appliqués, dite « Bauhaus », fondée en 1919 à Weimar par l’architecte Walter Gropius (1883-1969) vient de fêter ses 100 ans. L’historien du cinéma Thomas Tode évoque, en s’appuyant sur de nombreux exemples, les rapports féconds qu’entretint ce courant artistique avec le 7e art.
Conférence et projection, par Thomas Tode, historien du cinéma.
– à 20h : Man Ray et les équations shakespeariennes (Fr., 2019, réal. Quentin Lazzarotto, 69 min)
De la rencontre de Man Ray avec le monde mystérieux des mathématiciens émerge l’une des plus importantes séries artistiques du surréalisme, les Équations shakespeariennes, mêlant sciences et poésie.
• Samedi 25 janvier
– à 15h : Le photosophe, des instants avec Frank Horvat (Fr., 2018, réal. Sandra Wis, 72 min)
« Une bonne photo, c’est un miracle ! » C’est par cette phrase du grand photographe Frank Horvat (né en 1928) que débute ce documentaire sur la photographie, à travers le regard d’un homme qui lui a consacré sa vie.
Première française.
– à 17h : Danses macabres, squelettes et autres fantaisies (Fr., Port., Suisse, 2019, réal. Pierre Léon, Rita Azevedo Gomes et Jean Louis Schefer, 110 min)
Deux cinéastes et un écrivain, Jean Louis Schefer, sont au Portugal pour un périple entre quelques images, moments de l’histoire de la figuration occidentale.
Première parisienne.
• Dimanche 26 janvier
– à 15h : Mitten (Fr., 2019, réal. Alla Kovgan, 53 min)
Mitten suit les répétitions de Mitten wir im Leben sind, une pièce de la chorégraphe Anne Teresa De Keersmaeker à partir des Six suites pour violoncelle seul (BWV 1007-1012) de Jean-Sébastien Bach, avec sa compagnie Rosas et le violoncelliste Jean-Guihen Queyras.
Première parisienne.
– À 17h : La 3e Scène de l’Opéra national de Paris
Projection de De longs discours dans vos cheveux d’Alexandre Steiger (13’), C’est presque au bout du monde de Mathieu Amalric (16’), Grand Hôtel Barbès de Ramzi Ben Sliman (12’), Le Lac perdu de Claude Lévêque (7’), Vers le silence de Jean-Stéphane Bron (9’), Vibrato de Sébastien Laudenbach (7’), Adieu Bohème de Jeanne Frenkel et Cosme Castro (26’).
– à 20 h 30 : Les Bad Girls des musiques arabes – du VIIIe siècle à nos jours (Fr., 2019, réal. Jacqueline Caux, 80 min)
Tourné dans le désert des Bardenas, à Cordoue, en Tunisie et au Caire avec Soska, première chanteuse de rap d’Égypte, le film évoque le destin des « Bad Girls » des musiques arabes.
Première mondiale. Film suivi d’un concert de rap égyptien avec Soska.

Le film sur l’art en réalité virtuelle
La réalité virtuelle, nouvelle approche de l’art, propose des expériences singulières d’immersion et d’interactivité dans et avec les chefs-d’œuvre de la peinture occidentale (Les Noces de Cana de Véronèse, Les Ménines de Vélasquez, Les Nymphéas de Monet, L’Île des morts de Böcklin, Le Moine au bord de la mer de Friedrich…) Avec Arte Trips.
Du 24 au 26 janvier, Salle 80, de 14h à 19h.

 Accès par la pyramide et la galerie du Carrousel. Accès privilégié par le passage Richelieu. Achat de places à la caisse de l’auditorium, par téléphone au 01 40 20 55 00 ou en ligne sur www.fnac.com. Achat à l’unité, accès tarif unique : 4 €.